top of page
  • UNAB

PAC 2023 : quoi de neuf pour le secteur Bio ?

Les discussions sur la nouvelle PAC 2023-2027 sont enfin terminées. Notre connaissance du secteur bio a permis de faire bouger les lignes et les choses vont évoluer positivement pour les producteurs engagés en agriculture biologique. C’est heureux, car tout n'était pas bon en début de processus…

Retrouvez les détails des montants par culture dans notre tableau récapitulatif

Et retrouvez toutes les analyses en profondeur lors du Congrès de l'UNAB, le 07/03 à Namur à partir de 9h30 !


Augmentation de l'aide bio/ha, en particulier en zone vulnérable ;

  • Confirmation de l'aide au maintien à l'agriculture bio après 5 ans ;

  • Pour l'aide couplée, remise à zéro du nombre de bovins femelles éligibles en type viandeux et élargissement de l'âge éligible à 120 mois, avec un maximum de 145 animaux admissibles par personnes physiques sous certaines conditions. Encore une belle avancée pour le Bio !

  • Dans les discussions autour de la nouvelle PAC, il était initialement prévu un seuil maximal de 30% de surfaces de terre arables dédiées aux « cultures favorables à l'environnement », dans l’éco-régime du même nom. C’était un recul considérable dans ce régime qui remplace la MB6 de la PAC précédente. Grâce à notre action, ce seuil maximal a été retiré ;

  • Retour des légumineuses en association, destinées à la consommation humaine (vs. fourragères), dans la catégorie des « cultures annuelles* » soutenues à hauteur de 420€/ha. Initialement, dans la proposition de la nouvelle PAC, tous les mélanges étaient considérés comme fourragers, avec une aide bio à 220€/ha ;

  • Nouvelle aide-couplée protéine élargie aux cultures associées, sous certaines conditions;

  • Revalorisation de l’aide-couplée moutons ;

  • Maintien des prairies via différents leviers ;

  • Soutien au maraichage diversifié (plusieurs légumes en même temps sur la parcelle) sur petite surface fortement relevé à 4000€/ha pour les 3 premiers hectares et si pas plus de 10Ha au total lors de déclaration PAC ;

  • Etc..

Au chapitre des déceptions, nous noterons quatre points principaux que nous n'avons pas réussi à faire bouger malgré notre détermination :


❌La sortie du maïs grains de la catégorie “cultures annuelles” qui se retrouve dans le nouveau groupe « cultures fourragères ».

❌Certaines cultures associées sont également restées en cultures fourragères.

❌Le bio est dorénavant soumis au calcul du ratio régional des prairies permanentes.

❌Notre proposition d’une aide complémentaire pour les jeunes qui s’installent en 100% bio n’a pas été suivie.



Et pour 2023, quelles sont nos priorités ?


On l’écrivait plus haut : Pour 2023, la PAC étant engrangée, nos combats continueront de se focaliser sur l'aide individuelle et collective aux agriculteurs bio. En terme global, notre priorité ira au travail sur les filières et la communication autour du bio. Nous devons créer les conditions d'un marché bio stable et pérenne.

👉Comment mieux communiquer auprès du consommateur sur les avantages du bio ?

👉Comment structurer des filières régionales pour développer le marché bio ?

👉Comment créer des synergies entre tous les acteurs du monde agroalimentaire pour augmenter la part de marché du bio ?

👉Comment communiquer clairement quand on mélange le bio, le local, le durable, l'agroécologie…?

==> On vous laisse déjà une de nos pistes : l'UNAB travaille avec la Flandre sur le rajeunissement du label Biogarantie, qui devient Biogarantie Belgium : un label 100% bio et 100% local.

143 vues0 commentaire

Commenti


bottom of page